L’usage des réseaux sociaux en entreprise s’institutionnalise, faisant apparaître de nouveaux dangers. Plus de 70% des organisations cherchent désormais à se prémunir contre « une fausse image » d’elles en ligne. C’est la conclusion d’une étude du cabinet d’avocats Proskauer menée auprès d’une centaine de sociétés dans 17 pays et sur 3 continents. Radarly, la suite de Social Media Monitoring de Linkfluence, est un outil clé dans le management de cette catégorie de risques. Il est également le moyen de transformer l’engouement des salariés pour le web social en opportunité pour les Directions des Ressources Humaines.

Imaginons un cas : Caroline est chargée de mission Ressources Humaines chez Boeing. Elle s’occupe des questions de marque employeur et de recrutement. Elle doit écouter sur le web social l’ensemble des conversations concernant l’embauche, les évolutions de carrière, la politique salariale ou encore le mode de management au sein du groupe Boeing. Elle a fait appel à Linkfluence pour disposer d’un projet Radarly muni d’un plan de requête entièrement dédié à sa Marque Employeur.

 

SUIVRE SA MARQUE EMPLOYEUR SUR LE WEB SOCIAL

Sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google +, les médias online, les blogs et les forums, Radarly capte pour elle toutes les publications faisant référence à la « Boeing Company », à l’ «Esprit Boeing » ou encore à la « Boeing French Team ». Grâce à une requête complexe – mise en place avec l’équipe Linkfluence – elle détecte également les retombées où apparaissent à une distance maximale de 15 mots l’un de l’autre les termes « Boeing » et « emploi », « Boeing » et « job », « Boeing » et « carrière », ou encore « Boeing » et « engineers ». De plus, Radarly agrège pour Caroline la totalité des conversations dans les groupes Linkedin pertinents comme Aviation Jobs ou Airline Start-Ups and Aviation Jobs.

 

BoeingRequete

 

L’ensemble de ces publications s’affiche en temps réel dans la Social Inbox de Caroline. La plupart du temps, elle se concentre sur les internautes les plus influents dans son champ. Pour les identifier, elle sélectionne les posts dont le score d’influence est compris entre 7 et 9. En fonction de ses besoins, elle peut ne consulter que les retombées françaises, américaines ou indiennes, mais aussi ne visualiser que les publications sur Linkedin ou dans les forums, qui sont particulièrement importants pour elle.

Dans l’onglet Insights, elle obtient une répartition des retombées de sa marque employeur en fonction de leur tonalité, mais aussi de leur langue et de leur géolocalisation. A l’aide des nuages de mots, elle identifie les mots-clés, les lieux, les personnes et les hashtags qui reviennent le plus souvent dans les conversations qui l’intéressent. Et, pour limiter les contraintes, elle reçoit tous les jours un e-mail récapitulatif. Par ailleurs, en cas de problème de réputation, elle est alertée dès que le nombre de publications dans la catégorie « marque employeur » est supérieur à 40 dans un intervalle de 6 heures. Cela lui permet d’être extrêmement réactive si une crise démarre !

 

 

RH1

 

 

IDENTIFIER DES TALENTS

Le monitoring du web social est un moyen de travailler de manière éclairée sur ses problématiques d’image et de réputation. Il donne aussi la possibilité à Caroline d’identifier des talents pour son recrutement. Elle a intégré une deuxième requête dans son radar sur les questions d’aviation et d’aéronautique pour suivre l’ensemble de la conversation web social sur ces sujets. Elle a de plus un accès privilégié aux spécialistes du secteur en monitorant la totalité des échanges dans les groupes Linkedin comme Aviation Week ou Aviation Management. Dans sa Social Inbox, elle repère les influenceurs en sélectionnant seulement les posts dont le score est compris entre 7 et 9. Si leurs publications sont pertinentes et que les profils lui conviennent, elle leur attribue le statut de favori et les retrouve dans son onglet influenceurs.

Là, elle obtient des données spécifiques sur l’activité sociale, l’influence, l’évolution du nombre de comptes suivis ou du nombre de comptes suivant les personnes les plus intéressantes pour elle. Concrètement, elle repère Sébastien Faret (@sebfaret), CEO de MarketPlace et  passionné d’aviation. Il pourrait devenir un élément extrêmement intéressant pour la Direction Marketing de Boeing. Elle identifie également Fabien Val (@FabienVAL), chef du service industrie chez UbiFrance. Il s’intéresse de très près à l’aéronautique et présente un profil de Business Developper International très séduisant. Radarly permet aussi à Caroline d’identifier des profils junior très motivés et très informés sur ses sujets, comme Guillaume  Dekoninck (@Guigui012). Il recherche d’ailleurs un contrat de professionnalisation dans la cadre de sa licence de Management des Organisations et Entreprises à l’IAE de Lille. Depuis Radarly, elle les suit tous les trois, puis leur envoie des messages privés pour une première prise de contact.

 

Dekoninck

Pour des professionnels des Ressources Humaines, Radarly remplit de manière innovante deux fonctions essentielles : le management de la marque employeur et de sourcing des talents. Les réseaux sociaux, nouveaux alliés des Ressources Humaines ? Tout à fait, à condition de disposer des outils adaptés pour en extraire toute la valeur ! 

flux des commentaires Pas de commentaire »

No comments yet.

Leave a comment

© Linkfluence2017, Mentions Légales / fr