Devant le succès du premier épisode (billet le plus lu du blog linkfluence), nous ne pouvons résister à l’envie de continuer la série des tartes à la crème. Le 20 octobre dernier Jeff Mignon s’interrogeait sur le déclin des sites de journaux en ligne en s’appuyant sur les données fournies par Google Adplanner. Le 1er novembre (hier donc), Francis Pisani reprend l’information mais s’interroge déjà sur la qualité de la source en mettant en opposition résultats de Google et chiffres fournis par Nielsen. La problématique se déplace ainsi de “pour quoi l’audience des journaux en ligne baisse-t-elle ?” à “l’audience des journaux en ligne baisse-t-elle vraiment ?”. Et aujourd’hui, Benjamin Ferran du blog technotes du Figaro, qui reprend la polémique et s’interroge pour sa part sur la qualité des informations fournies par Google Trends/Adplanner faisant ainsi passer la question à “Google fournit-il des données d’audience pertinentes ?”. Alors devant tant d’interrogations et parce que la question de la mesure d’audience nous intéresse, à linkfluence, tout autant que celle de l’analyse de sentiment, nous avons essayé d’y voir plus clair. Pour ce faire, nous avons multiplié les sources à défaut de pouvoir accéder aux données d’audience du site du New York Times. Plusieurs acteurs aujourd’hui se battent sur ce marché ultra stratégique de la mesure d’audience sur le web et certains proposent d’accéder à leurs données en ligne. Plus qu’un long discours voici donc les captures d’écran des audiences du New York Times pour chacun d’eux.

Google Adplanner

adplanner Période : mai 2007 à octobre 2009 Unité : Daily Unique Visitors (users) soit le nombre de visiteurs uniques visitant chaque jour le site Source : https://www.google.com/adplanner/#siteSearch?identifier=nytimes.com&geo=US&trait_type=1&lp=false

Quantcast

quantcast Période : mars 2007 à octobre 2009 Unité : Monthly Unique Visitors, soit le nombre de visiteurs uniques visitant chaque mois le site Source : http://www.quantcast.com/nytimes.com#summary

Compete

compete Période : septembre 2008 à septembre 2009 Unité : Monthly Unique Visitors, soit le nombre de visiteurs uniques visitant chaque mois le site Source : http://siteanalytics.compete.com/nytimes.com/

Alexa

alexa1 Période : novembre 2008 à octobre 2009 Unité : Daily Reach (percent), soit pour chaque jour le pourcentage d’américains ayant consulté au moins une page du journal Source : http://www.alexa.com/siteinfo/nytimes.com

Commentaire

Donc … Essayons d’être un minimum rigoureux ! Adplanner nous explique que depuis début 2008 la tendance générale est à la baisse et que le New York Times a reçu sur la période étudiée entre 1,5 millions et 3 millions de visiteurs unique jour. Quantcast de son côté présentait une tendance à la baisse entre mars et octobre 2007 suivi d’une formidable remontée entre octobre 2007 et mars 2008 (+50% de visiteurs uniques par mois) puis à nouveau une descente aux enfers jusqu’en juillet 2009 pour conclure sur une embellie finale depuis 3 mois (que d’agitation !). Les chiffres représentent des visiteurs uniques par mois et les valeurs semblent comparables avec les visiteurs uniques jours de Adplanner (en effet si on considère que nos visiteurs uniques jour de Google reviennent en moyenne 4 fois par mois sur le New York Times alors les chiffres présentés sont cohérents). Compete n’offre qu’un an de données sur son accès public. On constate des chiffres plutôt stables entre septembre 2008 et juillet 2009 (entre 15 et 16 millions de visiteurs uniques par mois) puis une augmentation nette sur aout et septembre. Enfin Alexa qui en vieux briscard de la mesure d’audience sur le web (c’est le plus vieux acteur des 4) nous fournit une belle courbe de reach stable sur 1 an.

Bilan

Commençons par les points “positifs” : les taux de visiteurs uniques par jour, par mois et le reach semblent grosso modo comparables ! (ouf, au moins on ne pourra pas dire que l’on fait du mauvais esprit). Dans la liste des choses à “améliorer” : les tendances. La période septembre 2008 à juillet 2009 est particulièrement instructive. Pour Google ça baisse, pour Quantcast ça chute aussi mais beaucoup plus fortement, pour Compete ça stagne et pour Alexa ça reste stable en Reach donc logiquement ça augmente en nombre de visiteurs uniques (taux de connexion aux US en constante progression) et enfin pour Nielsen ça monte. De même pour les 3 derniers mois avec Compete et Quantcast qui nous annonçent une magnifique envolée qui semble invisible à Google et Alexa. Quand finalement, on voit que ces données servent de base à des milliards d’euros, de dollars, de yens, de roupies, de yuans d’investissements publicitaires chaque année dans le monde et bien … et bien … et bien … on reste tout de même un minimum perplexe.

flux des commentaires Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.